Bookmark and Share

Questions sociales et comportementales
- Cancer attribuable à l’alcool au Canada

En 1987, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui fait partie de l’Organisation mondiale de la santé, a conclu à l’existence de preuves suffisantes que la consommation d’alcool accroissait le risque de certains types de cancer. En 2008, le Canada s’est donné une Stratégie nationale sur l’alcool visant à réduire la consommation d’alcool par l’éducation et la sensibilisation.

Les boissons alcoolisées contiennent différents niveaux d’éthanol et sont habituellement consommées sous forme de bières, de vins ou de spiritueux. La consommation d’alcool peut mener à divers effets délétères sur la santé, dont le cancer. Au cours des deux dernières décennies, de nombreuses études épidémiologiques ont démontré une relation dose‑réponse statistiquement significative entre la consommation d’alcool et le cancer de la cavité buccale et du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du foie, du sein, du côlon et du rectum. Tant le volume d’alcool consommé que les habitudes de consommation influent sur le risque de cancer. La combinaison du tabagisme et de la consommation d’alcool ont également un puissant effet synergique sur le niveau de risque de cancer. Au Canada, la consommation d’alcool par habitant et le pourcentage de buveurs à risque élevé ont augmenté ces dernières années, en dépit de ces preuves. Ces facteurs ont incité le gouvernement à créer la Stratégie nationale sur l’alcool (2008), une stratégie globale de gestion des risques visant à réduire la consommation d’alcool et à promouvoir une culture de modération grâce à l’éducation et à la sensibilisation aux cancers liés à l’alcool.

 

Consultez le sommaire intégral.

Rédacteur : Chris Babcock

Dernière révision : 25 juin 2014

 


Accueil             Liens              Carte du site                Contactez-nous
© Centre McLaughlin d'évaluation du risque pour la santé des populations