Bookmark and Share

Questions sociales et comportementales
- Régimes à base de viande crue et d'os pour les animaux de compagnie

On estime qu’environ 56 % des ménages canadiens et 68 % des ménages américains sont propriétaires d’au moins un chat ou un chien. Environ 8,5 millions de chats et 6,1 millions de chiens sont enregistrés au Canada; aux États‑Unis, plus de 74 millions de chats et 70 millions de chiens sont enregistrés. Les animaux de compagnie sont étroitement associés à leurs maîtres et sont une composante intégrante des ménages nord-américains.

L’alimentation est l’un des aspects les plus importants des soins à donner aux animaux de compagnie. Elle représente une dépense importante pour les propriétaires et est déterminante pour la santé féline et canine. Il existe divers types d’aliments sur le marché : croquettes, nourriture en conserve, friandises sèches et humides, et viande crue, os et abats. Tous ces aliments contiennent un très grand nombre d’ingrédients, dont des céréales, des fruits, des légumes et des fines herbes, des additifs nutritionnels ainsi que divers produits d’origine animale qui présentent un risque de contamination par divers pathogènes, mycotoxines ou produits chimiques.

Au cours des dernières années, les régimes à base de viande crue et d’os, aussi appelés régimes à base d’aliments crus biologiquement adaptés (BARF), ont gagné en popularité puisqu’ils reposent sur une approche holistique de l’alimentation des animaux de compagnie, approche qui s’inscrit dans la tendance des populations humaines à consommer des aliments plus sains. Bien que les aliments à base de viande crue et d’os soient perçus par le public comme étant plus sains que les alimentés transformés (secs et humides), ces aliments présentent un risque de contamination bactérienne et pourraient s’avérer nocifs pour la santé des humains et de leurs animaux de compagnie. Les humains peuvent être exposés aux pathogènes zoonotiques soit directement lors de la manipulation de viande crue ou par un contact étroit avec un animal, soit indirectement par les excréments des animaux ou par la manipulation d’objets domestiques.


Consultez le sommaire intégral.

 

Auteure :                     Andreea Mihaela Slatculescu

Dernière mise à jour :            16 avril 2015

 


Accueil             Liens              Carte du site                Contactez-nous
© Centre McLaughlin d'évaluation du risque pour la santé des populations