Bookmark and Share

Questions sociales et comportementales
- Dépression post-partum


Il est important de procéder à un dépistage adéquat pour l’évaluation et la prise en charge de la dépression post-partum en raison des nombreux facteurs de risque associés à la maladie.

La dépression post-partum est un épisode dépressif profond qui survient habituellement dans les quatre semaines suivant l’accouchement. On peut poser un diagnostic de dépression post-partum si la patiente éprouve au moins cinq des symptômes suivants : une humeur dépressive, un désintérêt pour les activités ou un manque de plaisir durant celles-ci, des troubles du sommeil, une variation brusque du poids, une agitation psychomotrice ou un retard psychomoteur, un manque d’énergie, un sentiment d’inutilité ou de culpabilité non justifiée, une perte de concentration ou une indécision et de fréquentes pensées lugubres ou suicidaires. On estime que la dépression post-partum touche environ une femme sur cinq dans le mois suivant la naissance de l’enfant. Malheureusement, dans près de 50 % des cas, la dépression ne sera pas diagnostiquée en raison de l’absence de méthodes de dépistage efficaces. Les symptômes dépressifs peuvent avoir de graves effets sur la recherche de soins postnatals, sur la santé mentale ou sur la nutrition de l’enfant ou encore entraîner l’abus d’alcool ou d’autres drogues. La clé de la prise en charge de cette affection est le dépistage adéquat des nouvelles mamans. La majorité des médecins optent pour un dépistage au moyen d’une conversation informelle avec la patiente tandis qu’un faible pourcentage a recours aux outils de dépistage homologués pour la dépression post-partum. L’échelle de dépression postnatale d’Édimbourg serait le meilleur outil en raison de sa facilité d’utilisation, de sa validité, de sa spécificité et de sa sensibilité.

Voir le résumé complet

Collaborateurs : Ania Syrowatka, Daniel Bedard

Dernière mise à jour :  le 12 juin 2012

 


Accueil             Liens              Carte du site                Contactez-nous
© Centre McLaughlin d'évaluation du risque pour la santé des populations