Bookmark and Share

Questions sociales et comportementales
- Usage de la pipe à eau en Amérique du Nord


L’usage de la pipe à eau pour fumer du tabac gagne en popularité chez les jeunes nord-américains puisque ces derniers croient à tort que son usage est moins nocif que la cigarette.

L’usage de la pipe à eau, qui est à l’origine une façon traditionnelle de fumer le tabac au Moyen-Orient et en Inde, est maintenant devenu en Amérique du Nord la seconde épidémie de tabac en importance depuis la cigarette. Aussi connue sous le nom de chicha, houka, narguilé ou chilom, la pipe à eau était réservée aux hommes d’âge mûr et à l’élite selon une tradition orientale vieille de 400 ans. Actuellement, l’usage de la chicha augmente de plus en plus parmi les jeunes nord-américains âgés de 18 à 24 ans.

La pipe à eau est composée de quatre éléments : un réceptacle où le tabac est brûlé, le corps qui relie le réceptacle au réservoir. En brulant, le tabac dégage de la fumée qui passe par le corps et traverse le réservoir qui est à moitié rempli d’eau. L’eau agit comme un filtre et la fumée restante est aspirée par le fumeur au moyen du quatrième élément, le tuyau. Le tuyau est relié à la partie supérieure du réservoir. L’usage de la pipe à eau croît graduellement en Amérique du Nord; les utilisateurs croient qu’elle constitue une alternative moins nocive à la cigarette puisque les produits de tabac utilisés sont aromatisés aux fruits et puisque la fumée est filtrée par de l’eau. De plus, la pipe à eau est utilisée lors de rassemblements d’amis. Or, ces croyances sont fausses. L’usage de chicha comporte de nombreux risques pour la santé, dont des risques similaires à ceux associés à la cigarette, de même que de nouveaux risques. En effet, les utilisateurs de pipe à eau s’exposent à un plus grand risque de développer divers types de cancer, comme des cancers du poumon, de l’œsophage, du pancréas et de la bouche. Ils s’exposent également à un risque accru de maladie cardiovasculaire et pulmonaire associées à des symptômes comme l’hypertension, une accélération du rythme cardiaque et une faible capacité pulmonaire. Tous les paliers de gouvernement devront déployer dès que possible des efforts pour lancer une campagne de sensibilisation du public afin de défaire les fausses croyances des jeunes entourant l’utilisation des pipes à eau.

ertaines administrations municipales ont déjà pris des règlements concernant l’utilisation des pipes à eau. À titre d’exemple, fumer de la chicha n’est plus permis dans les parcs municipaux, sur les bancs publics ou dans les installations municipales à Ottawa; l’usage des pipes à eau vient donc s’ajouter aux autres produits du tabac visés par l’interdiction de fumer.

Voir le résumé complet

Collaborateurs : Sabrina Omar,

Dernière mise à jour :  le 6 juin 2012

 


Accueil             Liens              Carte du site                Contactez-nous
© Centre McLaughlin d'évaluation du risque pour la santé des populations